Roger Searle Payne / Thomas Tilly-Tô

Image                           Image

D’emblée une myriade de similitudes : captation de sons naturels in situ / en plein milieu aquatique, les hydrophones ad hoc retranscrivant la même granularité générée non par des machines, ni même par l’homme, mais par des organismes ordinairement classés sous le règne du Naturel, en l’occurrence une faune tapissant quelque prairie marine : d’un côté, la très vaste avec les baleines; de l’autre, l’infra-petite, en compagnie de punaises d’eau, les Corises / parasitage identique des activités humaines (ici, l’hélice d’un navire; là, le passage d’un avion).

De la Micronecta Scholtzi, nous retiendrons l’impression d’une kyrielle de farfadets moqueurs spongieusement pongistes, sussurant leur staccato pointilliste ininterrompu, crypto- cybernétique, exemple parfait de synchronie faune-flore interfacée rayons solaires,le glitch prenant ici toute sa dimension animale / des mégaptères, ces barissements aquatiques, tantôt lorgnant vers les basses et tantôt tutoyant les aigus, grognements abyssaux clapotés sur déchirements siréniques, nappés d’une troisième vague stridulante organisant ce langage bestial- bathyal, feulements follement a-feutrés, délaissant de saison en saison l’ancien chant pour en substituer un nouveau, inaugurant ainsi la notion de « faiseurs de tubes » non-humains…
Non, définitivement, ce si vanté monde du silence n’existe pas, sous l’eau s’entend.

Et pourtant demeure une différence de taille, leur perception : autant les mélopées séquentielles jubartiennes avaient conquis les oreilles de millions d’auditeurs au siècle dernier, autant les crépitements insectoïdo-foliacées auront une portée probablement hélas ! marginale…
Détail amusant : c’est peut-être précisément grâce à la graisse de ces titans des océans que purent être conservés les enregistrements du Doc Payne (le même qui déclarait : « We have leraned (…) that every organism on earth, whether large or small, as an inalienable right to life » / « And to be heard » pourrait-on rajouter), celle- ci servant jusqu’au mitan des années soixante-dix comme produit de lubrification des bandes magnétiques…

Roger Searle Payne
Songs of the Humpback Whale (Capitol Records, LP, 1970)
http://archive.org/details/HumpbackWhalesSongsSoundsVocalizations

Thomas Tilly – Tô
Cables & signs (ten underwater field recordings) (Fissür, CD, 2010)
www.fissur.com

Publicités