Eleh / Guenter Schlienz

Eleh blog Günter Schlienz blog

 

On pourrait imaginer que ces deux opus se soient inspirés de la fameuse tripartition théorisée par Boèce – la musica mundana / harmonie des sphères, la musica humana / musique de l’homme, la musica in instrumentis / musique instrumentale – en son temps , même époque de changement profond, de mutation tranquille, quoique.

Tout est là : jets de ballons-sondes, en direction invertie alors : vers l’intérieur, direction tarmac du corps, traquant l’onde cérébrale, les veines, le cortex, tout ce maillage connecté depuis des lustres, radiographie de l’onde (l’Inde ?) primordiale, ou comment trouver dans la note suspendue la variété de tons universelle, concentré de méditations inépuisables, en redonnant vie à notre condition de récepteurs attentifs, trop souvent bafouée. Nous ne remercierons jamais assez les machines – ces mimes pulsatifs – de nous révéler notre raison d’être organique et de diamantiser l’apparente monotonie.

D’une part donc, l’atem d’Humel, de l’autre, la black matter du souffle continu et contenu, soit la parfaite équation des musiques accoisives, celles de l’après, de la part du rêve, vaste continent du late night, celui des fréquences clignotantes de l’infiniment grand, ou petit, tout dépend de l’unité de mesure. Et de la position par rapport au soleil, ce coeur de tout, toujours.

Eleh
Radiant intervals (Important records, CD, 2010)
http://www.importantrecords.com
Eleh : music

Guenter Schlienz
through music to the self (Gift Tapes, K7, 2012)
http://gifttapes.com
Guenter Schlienz : music

 

Publicités