Asmus Tietchens

Asmus Tietchens blog II

Explorations en confinements divers, pour faire court.

Après tout, tout son est un fluide frémissant, dans quelque élément qui le porte. Que ce soit une paroi, métallique, poreuse, minérale, vecteur de sa propagation. Celle-ci dans le cas présent semble être un volume hermétiquement clos, qui une creutte, qui une fuste, qui une coque, qui un module. Rampant. Inhospitalier. Peut-être l’habitude de se protéger du Schmuddelwetter, ou du Feuersturm, d’en emprunter son tunnel unter Elbe, d’y façonner son propre shelter, à l’abri des tempêtes, des suintements et ruissellements.

Visions d’hypogées à la Drode [celui qui arpenta des souterrains aériens], reptation horizontale dans un bunker de la dernière rafale, haute fidélité des bas-fonds, toute une prescience de la sous-jacence, de tout ce qui est en creux, invisible à l’oeil, tous les autres sens en éveil fouissant tuyaux, gaines et canalisations. Terrain minier, propice à l’amplification, aire d’archéologie sonore du tube à ciel lourd de carrière clos, thésaurus des musiques spiralées clignotantes dans une quête incessante du plus profond.

La véritable musique concrete, minéralement secrétée en béton froid.

Asmus Tietchens
Musik aus der grauzone (YHR Tapes, C60, 1981, re-issued 1987)
www.tietchens.de
Asmus Tietchens (sounds)

Publicités