Alan Silva

alan-silva-blog

C’est là, en 69, l’année yin & yang, celle qui s’enroule comme le serpent cosmique,
Qu’Alan plein d’allant fusa balistiquement vers la vieille Europe, comme un saut vers une nouvelle frontière à l’envers, pour y lancer l’étincelle originelle, celle du Big Bang pour big band, satellisant autour de lui quelques astres vibrionnants, arc-en-ciel de la gravité coloré Vitet, Shepp, Braxton, et j’en passe d’aussi étincelants bolides,
un Orchestre de la Communication Céleste branché direct sur LE son primal, vortex d’énergies multiples pulsant le crash de la Séléné originelle vers d’autres dimensions [celles de l’ouïe], balançant au passage débris, scories en une folle gigue,
juste assez pour amener la régolite au stade de fusion,
juste assez pour que l’ergol chauffe à plein tube dans les tuyères // SOUFFLE – EXPLOSION
juste assez pour entamer l’ascension du pic Tycho [1 500 mètres]

ça éructe – ça mugit – ça fulmine – ça darde – ça fracasse – ça pulvérise – ça terraforme

Une révolution aboutie, généreuse et libre, une apocatastase, bruit et fureur en pleine Mer de l’Intranquillité [bordée par par le triptyque Crises / Nectar / Fécondité, mugissantes muses]

C’est là, donc, trois semaines après que trois hommes contemplèrent cette « magnifique désolation » grise et brillante, qu’une palanquée d’astronautes (bleus) aterrés feraient retentir leur cri,
juste assez pour que cette surface ne ressemble à du plâtre, mais à du magma.

Au fait : qui d’eux tous chaussait la douzième paire de bottes que l’on y trouvât ?

Alan Silva
Luna surface (BYG Actuel, LP, 1969)
http://www.plosin.com/milesAhead/actuel.html :: Listen / écouter

Beb Guerin, Malachi Favors (bass), Claude Delcloo (drums), Dave Burrell (piano), Archie Shepp (soprano saxophone), Anthony Braxton (soprano saxophone, alto saxophone), Kenneth Terroade (tenor saxophone), Grachan Moncur III (trombone), Bernard Vitet
(trumpet, french horn), Alan Silva (violin), Leroy Jenkins (violin, viola)

 

Publicités