Chris Watson

cw blog

La solitude n’existe pas au milieu des myriades, cela il le savait.
Pour les rares visiteurs qui le croisaient, ils n’apercevaient de lui qu’une silhouette d’abord, accroupie sur un rocher devant les eaux, à scruter les bâtons d’eau,  tache à peine visible dans cet environnement gris-vert, happée dans ce milieu.
Quand ils se rapprochaient, peu de mots étaient échangés, à peine l’entendait-il psalmodier, ou agiter sa clochette.
Ma seule manière de leur parler, disait-il tout bas. Ce qu’il faisait.
Pourquoi, après tout, aurait-il encore fallu prononcer des mots, quand tout cet espace désertique était en fait recouvert d’un caquètement incessant, assourdissant même quand l’on y prêtait attention ?

Ce qu’il faisait pourtant, lui, constamment, sans trêve.

Non, décidément, la solitude ne pouvait exister pour lui, ni cette nuit permanente, ni ce froid constant – d’ailleurs, plus intense il était, plus ils semblaient jaboter.
Lui ne s’adressait pas à eux, qui pourtant lui répondaient sans cesse.

Et si c’étaient eux la réponse ? Et si eux par leur chant étaient Le messager ? Son unique soutien, ici ? Le seul moyen d’éloigner la Bête ?

Et ce qui le terrifiait avant tout, était d’entrevoir, de plus en plus souvent la nuit, un monde d’où ils auraient disparu.
Volatilisés.

Chris Watson
In St Cuthbert’s time (Touch, CD, 2013)

http://www.touchmusic.org.uk/ | Listen / écouter

Chris Watson (microphones & birds & ocean)

Publicités