Barricade

barricade blog

NOTES BRÈVES SUR LES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR LE DÉTOURNEMENT DES BANDES DESSINÉES

L’élaboration d’une bande dessinée est un travail en commun ; le groupe crée sa propre technique par un apprentissage mutuel ; ceci peut-être une pratique où la spécialisation des individus (impliquant hiérarchisation et monopolisation des techniques par les individus les plus doués) est réduite voire supprimée.

La bande dessinée est un moyen d’expression qui, détourné, est une arme subversive très populaire . Le dessin y compte moins que le scénario, en effet on peut utiliser le dessin des autres, on peut ne pas se préoccuper d’une histoire cohérente car c’est ce qu’on a à dire qui rendra l’histoire cohérente.

Tout travail théorique ou d’expression théorique n’est pas seulement la rédaction de la théorie, ce n’est pas non plus seulement la mise en forme mais la formation ; ainsi la théorie évoluera au cours de la rédaction.

L’intérêt du détournement des bandes dessinées réside dans le fait qu’elles sont une forme décomposée d’expression et de représentation très révélatrice du morcellement des gestes, de la discontinuité du temps et de l’espace, de la stéréotypie de la parole de la société actuelle. Les paroles les plus radicales alliées au processus de décomposition poussent la représentation à son paroxysme.

La bande dessinée n’est pas une forme décadente d’art. UN art est dit « décadent » quand il y a exubérance ou appauvrissement des formes c.à.d quand la technique ne correspond plus aux structures sociales.
La bande dessinée est l’image que la société se donne à elle-même, image idyllique et par là-même idéologique. Elle est un art elle-même, car l’art est la sublimation de certaines techniques ; ses renouvellements étant des renouvellements de la technique, reproduisant les rapports de la société en évolution.

Les bandes dessinées s’adressent plus particulièrement à la disponibilité des enfants pour diffuser les poncifs de l’idéologie dominante. Il est donc plus intéressant de détourner celles-ci ou celles s’adressant à des adultes ayant déjà absorbés la culture (les bandes dessinées pour adultes, qui se multiplient actuellement, les empêchent de dépasser le cadre parcellaire de leur vie actuelle ; celle-ci est sublimée par l’éthique et le mythe de la bande dessinée).
Reflet pseudo-sacré de la la glaciation de la vie quotidienne, la bande dessinée s’inscrit dans le processus de démonstration de la décomposition de l’avant-garde culturel (sic). L’art, qui jusqu’au Romantisme formait un « en soi » uni et total par l’intermédiaire du sacré, se décompose depuis au morcellement de la vie.

(…)

MAI 1968

Il serait peut-être intéressant d’étudier ici sous l’angle suivant, ce qui n’a jamais été fait.

1) TOUS LES HOMMES SONT DEVENUS POÈTES

A) L’action collective a réussi à provoquer, à certains endroits et moments, des failles où la réalité directe est devenue poésie (ex. barricades, occupations, etc…)

B) C’est-à-dire le spectacle a retourné contre lui-même ses propres présupposés (division, séparation, etc…)

2) TOUS LES POÈTES SONT DEVENUS DES HOMMES

A) L’action collective a réussi à provoquer, à certains endroits et moments, des failles où la poésie (c’est-à-dire la critique de la vie quotidienne vécue) s’est réalisée (politiquement et directement)

B) La lutte des classes a réussi partiellement à dégager l’aspect réel du temps et de l’espace économico-sociaux.

3) INTERPRÉTER=TRANSFORMER

A) La classe ouvrière a réussi à provoquer, en certains endroits et moments, une cassure au sein de l’idéologie cimentant, alimentant et entretenant le vieux monde.

B) La classe ouvrière a réussi à créer et développer, à certains niveaux, la théorie révolutionnaire qui n’a été que sa pratique réelle.

C) La classe ouvrière a ainsi recommencé à exister (en certains lieux et moments plus ou moins privilégiés) en tant que classe révolutionnaire autonome, affirmant sa capacité politique de façon historique.

in revue Archinoir n°1 (février-mars 1969)

Mauduit poursuivit :
– Selon les accusés, vous présidez un cercle à tendance extrémiste… Quels sont les buts de ce groupement ?
– Extrémiste n’est pas le terme qui convient, répondit l’artiste d’une voix mesurée. Le club est un foyer intellectuel où sont abordés librement tous les problèmes de prospective situationniste.
L’inspecteur fit errer sur lui un regard nébuleux.
– Ah bon, fit-il. Et qu’entendez-vous par là, au juste ?
– Mais c’est très simple… A partir du concret actuel et de ce qu’il porte en germe, nous élaborons le schéma des situations qui en dériveront dans un avenir dont le seuil est fixé à l’an 2000. L’Humanité présente doit donc infléchir son comportement de manière à apporter des solutions rationnelles aux situations prévisibles.
– Notamment, railla Mauduit, en saccageant le mobilier d’une organisation ouvrière ?
(…)

in Complot pour demain de Paul Kenny (Fleuve Noir, 1967)

Avec ou sans s, une des plus belles embardées crissantes sur les braises encore bien chaudes d’une belle bande de barges, entre bal bastringue et bastos bruitistes, l’émeute est lâchée…

Barricade
Le Rire des Camisoles 1969 1974 (Futura Red, CD, enregistré en live entre 1969 et 1974, paru en 2005)

http://futuramarge.free.fr | Listen / écouter 

François Billard (harmonica & voix), Mario Branlo (saxophone clarinette basse & voix), Charly Bidineux (saxophones & clarinette basse), Brigitte Choupette (guitatre basse), Chris de Foy (guitare), Cyrille Bibounet (claviers), Fanfan belles cuisses (claviers), Fernand Le salé darlès (drums), Francis Baron des grottes (guitare), Frankie Di Lagio (basse electrique), Fred le vicomte (guitare), Gilbert Sulma Pontoise (batterie), Marce of Mémé Flippée (guitare), Gato Montauban (voix), Harvey Neneux (guitare), Papé l’ écrivain (claviers), Pépée Minègue (voix), Joseph Racaille (claviers), Roquet Belles Oreilles (basse électrique), Armand Talot Man (saxophone & clarinette basse), Thierry dit Kühl le clown (drums) & Tonton (trompette)

Publicités