New Music For Electronic And Recorded Media

new music blog.jpg

D’ordinaire réservé au cinéma, cet opus a tous les oripeaux du documentaire : témoigner, à un moment donné, d’une réalité. Faire rapport. Une photographie à l’ins-TEMPS T.
Et tout le génie de cet homme, goûteur de sons, jouisseur de mots, est d’avoir poli toutes les facettes de cette gemme heptaèdre, de leur avoir donné la voix tout d’abord, d’avoir rassemblé dans un même élan collectif ces trajectoires singulières, tous ces « esprits autres » réunis en une même individuation.
Comme la pochette, « all-over » de l’imperium, rouge, repartir de ZÉRO, ne retenir que ce qui est NOUVEAU, NOUVEAU, NOUVEAU, comme l’I d’Arthur
« pourpres, sang craché, rires des lèvres belles / Dans la colère ou les ivresses pénitentes »

Inventaire / énumération / nomenclature
Tableau audiogyne en cette année palindromique, juste prendre acte à sa manière d’une émancipation en action, cet art media émergent ayant valeur de libération-du-groupe-à-guitare-genré, peut-être, obtenue via divers vecteurs musicaux, réappropriés et réassemblés.
Voici alors, à peine imaginé, ce qu’en aurait chroniqué les glorieuses soeurs d’Ah ! Nana :

Surgit la convocation d’une bande-son céleste infusée aux Amazing stories, prémisse pré-atomique faisant virevolter les pin-ups pulp en prise avec Ming, une jungle synthétique tapissée d’explosions sourdes et de friselis artificialisés, un double dynamitage des conventions sociales et musicales, opéra cosmique sous la houlette Packard, un bastringue de synthèse folktronic miroir biface passé-futur, une cavalcade furieuse dans une prairie tissée de câbles cobalt connectés, suivie d’une méditation prolongée, assoupie mais consciente, des effets du miroitement frappant les Tunnels du soleil (dans le désert cette fois, à quelques encablures des étendues herbeuses pré-citées), les soucoupes lumineuses coulant sur la peau, avant le retour terminal vers la frénésie urbaine, façon satire spoken, cheers !

Soit une kyrielle de fourmillements sorcièrement en avance sur son époque, phalange d’Ahès annonciatrices de (tant) de voies à venir…

Various artists
New Music For Electronic And Recorded Media (1750 Arch Records, LP, 1977)

Site | Listen / écouter

Johanna M. Beyer (Electronics : Donald Buchla / Electronics : Brenda Hutchinson / Ensemble performed by The Electric Weasel Ensemble / Synthesizer : Allen Strange, David Morse, Stephen Ruppenthal / Triangle : Charles Amirkhanian)
Annea Lockwood
Pauline Oliveros
Laurie Spiegel
Megan Roberts (Drums : Danny Sofer / vocals : Phil Loarie, William Novak)
Ruth Anderson
Laurie Anderson New York Social Life (Tambura : Scott Johnson / Voice, Performer [Telephone] : Laurie Anderson)
Laurie Anderson (Guitar, Organ : Scott Johnson / Voice, Violin : Laurie Anderson)

Publicités

Une réflexion au sujet de « New Music For Electronic And Recorded Media »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s